Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 décembre 2011

Le 7 juin 1971

Le 8 juin 1971, dans le journal local, on put lire cet article :

« Les pelouses de la Faculté des Lettres du parc de Grandmont ont été hier après-midi le point de rassemblement d’un millier de personnes (on reconnaissait des étudiants, mais aussi des familles en promenade avec leurs enfants), à une mini-représentation d’une douzaine d’acteurs et d’actrices du « Grand Magic Circus ».

Cette troupe professionnelle de la capitale n’était pas venue à Tours dans le cadre d’une quelconque tournée de représentations en province. Sa venue s’inscrivait dans une suite d’actions qu’entend mener le « groupe d’action contre la censure » créé à la suite de la campagne lancée par M. Royer contre la pornographie. Aussi le spectacle s’en est-il ressenti. En fait, il n’a rien eu de commun avec les créations habituelles du « Grand Magic Circus » : les sketches qu’il comportait avaient pour but d’illustrer la censure.

Pour la circonstance, les acteurs avaient revêtu une tenue mi-militaire, mi-policière : treillis et casques. Ainsi costumés, ils ont improvisé quelques scènes qui – rehaussées d’une musique pop -  ont abouti au déshabillage complet d’une partie de la troupe, ainsi que de trois ou quatre personnes prises dans les rangs du public.

Tandis que tout le monde se rhabillait, une fanfare d’amateurs se joignait à l’orchestre du Grand Magic Circus pour poursuivre cette « kermesse » de plein air par des danses collectives. Mais la majeure partie de l’assistance, peu à peu, désertait. À la tombée de la nuit, il ne restait plus personne. Il n’y eut aucun incident.

Simultanément, à l’écart  des cuivres et des instruments à percussion, des organisateurs  de la journée expliquaient leur mouvement et annoncèrent une campagne d’explications. » 

J’avais quitté la fac de Lettres un an auparavant, mais cette histoire était parvenue jusqu’à mes oreilles. Cela avait fait grand bruit dans la tranquille ville de Tours ! 

Je vous entends d’ici : « quel dommage qu’il n’y ait pas de photos de l’évènement ! »

Mais si, bien sûr, il y a des photos !

Pour redonner un peu vie à ces clichés, mettons un bon vieux Rolling Stones pour recréer l’atmosphère. Vous êtes prêts ?


podcast

Allez, c’est parti !

Clichés de Paul Martinaud :

7juin711.jpg

 

7juin712.jpg

 

7juin713.jpg

 

7juin714.jpg

 

7juin715.jpg

 

7juin716.jpg

 

7juin717.jpg

 

7juin718.jpg

 

7juin719.jpg

 

7juin7110.jpg

 

7juin7111.jpg

Vous vous reconnaissez peut-être sur l’une de ces photos, que vous soyez étudiant assis dans l’herbe, danseuse quelque peu dénudée, danseur à lunettes –qui d’ailleurs les perd à la fin- ou bien encore le petit futé caché dans l’arbre,bref , n’hésitez pas à me contacter !

Pour ma part, je reste un peu sur ma faim ; en effet, j'aurais bien aimé voir le danseur de face !

mercredi, 23 novembre 2011

Ouverture de l'Artelier

papadom (2).jpg

Papadom est un jeune céramiste tourangeau installé depuis quelques années à Saint-Etienne-de-Chigny.

Il nous convie au vernissage de  son nouvel atelier situé à Tours, 3 rue Jolivet,  le samedi 26 et le dimanche 27 novembre, de 10h à 19h.

Une bonne occasion de découvrir ses réalisations très originales !

Un aperçu de son travail en photos : 


PapaDom expo par cheztinou

mercredi, 27 juillet 2011

Le palmier

Le palmier n'est pas un nouveau restaurant à Tours. Il existe depuis plusieurs années et les amateurs de cuisine marocaine le connaissent bien.

palmier.jpg

Premier atout : un cadre agréable où l'on ne se sent pas à l'étroit comme c'est malheureusement souvent le cas dans les restaurants.

Deuxième atout : une cuisine de qualité avec une semoule FINE qui demande beaucoup plus de préparation que la semoule moyenne.

palmier2.jpg

Hier soir, Peggy et moi sommes donc allées dîner au Palmier. Le temps froid se prêtait à la dégustation d'un bon couscous. Nous y avions déjà mangé il y a quelques années.

Le restaurant a changé de propriétaire depuis. Il a été repris par l'ancien propriétaire du Médina, restaurant marocain qui se situait dans la rue du Grand Marché.

C'est une adresse que je vous recommande si vous appréciez la cuisine orientale !

À savoir : ils ont conservé sur la carte le Tajine Médina, un délice.

Voici le lien de leur site pour découvrir le cadre et les menus.

Bon appétit !

 

samedi, 02 avril 2011

Cap au sud !

restaurant, cuisine, gilles hemart,cap sud, tours

Découverte hier soir d'un restaurant situé rue Colbert : Cap sud. Le cadre est sobre mais raffiné, il n'y a pas de superflu. Les murs, agrémentés de toiles aux couleurs vives et aux formats variés, sont gris souris et les poutres rouges. Nous sommes accueillis par deux jeunes serveuses à la tenue vestimentaire d'une grande sobriété également ( jupe noire et chemisier rouge).

Nous avons le choix entre le menu à 22 euros (deux plats) ou celui à 26 euros (trois plats). Nous optons pour deux plats.

Ce qui nous est proposé sort vraiment de l'ordinaire, tout est raffinement et étonnement. Les plats sont chacun une petite œuvre d'art que l'on ose à peine toucher. Ici, on ne mange pas, on déguste.

Il y a des mélanges surprenants au palais, on s'interroge parfois, bref, on va de surprise en surprise.

Nous avons été enchantés par notre repas. Un petit bémol pourtant : les portions sont peut-être un peu congrues - avis aux gros mangeurs, prenez le menu à trois plats !-.

Julie s'est finalement laissée tenter par un troisième plat (le dessert).  

Je conseille cette adresse à ceux qui aiment découvrir des nouveautés culinaires.

restaurant, cuisine, gilles hemart,cap sud, toursLe chef, Gilles Hémart, tient un blog que vous pouvez consulter ICI. Cela vous donnera un aperçu de ce qui est proposé.

Bon appétit ! 

jeudi, 09 décembre 2010

C'est l'hiver

On se plaint, on a froid, les jours sont trop courts ... Bref, on n'est jamais content. Jusqu'à présent nous avons échappé à la neige qui a recouvert une partie de la France. Mais l'hiver ne fait que commencer, rien ne dit que cela ne va pas arriver. Rappelez-vous, c'était il y a tout juste un an :